Jakarta Records : deux mixes, pépites de musique arabes 60s et 70s

Un nom qui attise la confusion et l’éclectisme. Pourtant loin de l’Indonésie, Jakarta Records est bien un label allemand, plus précisément basé à Cologne, éclos en 2005 suite à une pérégrination de ses créateurs en Asie du Sud Est.

Sous son égide, le flamboyant Kaytranada y avait achevé son premier pressage, d’autres beatmakers comme Iamnobodi , STWO ou encore dernièrement Taku y ont aussi trafiqué des prods ou mixes dorés. Véritable mine d’or de musiques du monde, le label s’en est allé ces derniers temps globetrotter en Afrique du Nord, non pas pour défendre la légitimité de certains instruments dans l’islam bien qu’il poste régulièrement des samples en soutien aux réfugiés Syriens et Iraqiens , mais afin de suivre au pas certains de ses poulains en tournée ( Blitz the Ambassador au Maroc), ou en en session studios ( Oddisee en Tunisie).

Qui dit membre de label, sous entend mécaniquement dénicheur de talent mais pas que! Chez Jarkarta Records, on pourrait parler de diggers ou aventuriers du vinyle perdu. Ecumant les disquaires arabes cammoufflés dans des rues sans nom du Maghreb , Jannis, le taulier de la maison raconte sa quête fructueuse  » j’ai trouvé des sons incroyables des années 60 et 70, dont certains dans le mix n’ont aucune information sur le Net, n’ont jamais été vendus sur eBay et n’ont jamais été “redécouverts”. D’autres sont des espèces de classiques de l’arabic groove” . Les dites trouvailles présentes en version vinyl mix sur leur soundcloud, défilent tel un florilège de sonorités des 60s au 70s, de Syrie au Maroc en passant par le Liban, l’Egypte ou la Tunisie, entre rareté et traversée du temps.

Publicités