Les nightclubs « pots de yaourt » de Lithuanie entre kitsch et glauque

Dans sa série Disko, le photographe Andrew Milksys déballe les anomalies des mini clubs de villages isolés Lithuaniens. Un bric à brac chaotique, post-ère soviétique, avec du sang et du froid dans le dos ! David Lynch irait volontiers en caméra caché!

Une jeunesse rurale à l’allure 90s, robes délurées, blouson noirs et regards schizophrènes, incarnation d’une génération furax, née dans la perplexité d’une histoire violente! Ces kids au look farouche, contraire à un 31 lambda, se trémoussent dans ces clubs de fortunes quasi-vides, dont les néons style « sexshops » illuminent la moisissure des murs, vestiges d’anciens bureaux soviétiques et de salles d’armes. Y végètent encore des portraits de Lenine et des masques à gaz!

Andrew Milksys passe son temps entre Seattle et Vilnius. Sa fascination pour les mini clubs reculés du pays a été instantanée même si pour lui s’éloigner de la capitale en voiture sur des routes désertes, dans le but de rejoindre un milieu souvent hostile aux étrangers, avait de quoi le rendre anxieux!

Son livre « Disko » paru en 2014 est le résultat de 10 ans d’immersion dans la nightlife « d’une adulescence prête à fermer les yeux sur le déclin d’une économie de province, juste pour se saouler, sortir, danser et parfois se battre »!

image image image image image image image image image image image image image imageimageimage image image image image

Publicités