Vivre dans l’espace : La Nasa des 70s n’avait pas les pieds sur terre.

La vie dans l’espace selon les artistes Don Davis et Rick Guidice…

« Houston on a un problème », même Tom Hanks dans Appolo 13 en prononçant ces mots était à des années lumières d’imaginer la suite.. Une Nasa grippée, sans money et en panne d’exploration, renonçant en 2010 au programme constellation visant l’envoi d’astronautes sur la Lune pour une longue durée , tirant même un trait en 2012 sur un futur vol spatial habité vers Mars tant espéré. Le rêve d’une vie humaine dans l’espace, omniprésent dans les 70s, est aujourd’hui plongé dans un sommeil paradoxal, le fantasme n’est plu.

Après le succès de la mission d’Appolo 11 en 1969 et les premiers pas sur la Lune, dans un contexte de guerre froide et de conquête spatiale , les artistes Don Davis et Rick Guidice ont tenté d’illustrer la colonisation spatiale au cours de séries d’université d’été d’une Nasa futuriste et à son apogée. Basés sur les recherches du physicien O’Neill sur la faisabilité de projets de vie permanente, en auto suffisance, en divers endroits du Système solaire, leurs dessins refont surface sur la toile et captivent part leur aspect chimérique, ce n’est sans rappeler des scènes d’ Interstellar et surtout d’Elysium reproduisant presque à l’identique cette station spatiale cylindrique.

Sauf apparition extraterrestre ou possibilité de voyager à la vitesse de la lumière, ne reste que la science fiction sur grand écran pour nous transporter dans les confins de l’univers. Ceci étant dit, la Russie affirme toujours ses velléités interplanétaires avec la fantasque ambition de coloniser la Lune d’ici 2030. En attendant…

image

image

image

image

image

image

image

image

Publicités