Coït Street Art/Renaissance

Une Vénus « badass » couverte de tattoos, un ange inquisiteur sapé du teeshirt de Superman, l’artiste MARCO BATTAGLINI détonne avec ses scènes loufoques où miss pop culture tape l’incruste au temps de la Renaissance et de la Grèce Antique.

Un peu à l’image d’Alexey Kondako et son copier-coller de tableaux de maitres dans un espace urbain, le peintre italien basé au Costa Rica, Marco Battaglini pousse le mélange de style et d’époque à l’extrême. Ici, Street art et graffitis, symboles de Pop culture comme la « Maryline Monroe » de Warhol et des figures antiques expulsées du cadre de peintures de la Renaissance, interagissent en harmonie, restant malgré tout témoins d’une distorsion temporelle intrigante. L’en atteste l’apollon en slibard Calvin Klein.

La réflexion de l’artiste? Selon son profil sur saatchiart.com , Battaglini, « nous invite à penser que dans le village global d’aujourd’hui, avec la démocratisation de la culture, l’évolution des connaissances, des informations instantanée, immergées dans l’hétérogénéité… Les Patchwork de la culture américaine nous force à faire face à un besoin viscéral de comprendre au-delà de nos frontières géographiques et au-delà des frontières du temps. » Et aussi faire tomber les barrières de la réalité.

Paintings : Aérographe, Digital et Acrylique sur Canvas. Prix moyen : 22000$

image image image image image image image image imageimage image image image image image image image image image image image image

Publicités