Les hipsters marocains d’Hassan Hajjaj

C’est monsieur pop-art au Maroc, l’Andy Wahrol de Marrakech, surnommé « Andy Wahloo » par Rachid Taha! Styliste et photographe, Hassan Hajjaj dans sa série « My rock stars » cultive son art hybride flashy et shoote ses potes branchés, entre africanisme, hip hop et clubs huppés londoniens!

La formule magique d’Hassan Hajjaj ? Le thé vert plus que la cocaïne. Ou plutôt une dose de kitsch et d’humour visuel ultra coloré, tel un zouk endiablé entre Maghreb et Occident. Sans tabou et adepte de la caricature publicitaire, il a notamment détourné le streetwear marocain avec son projet « Kesh Angels » : Une niqab Nike, des babouches Louis Vuitton, avec lui la pop culture s’accapare le dress code religieux.

« Mes créations collent à la peau de mon identité, représentant quelque chose de frais à la fois en Europe et en Afrique. C’est un peu comme les pots de bonbons au magasin quand on était enfant! »

Dans sa série « My rocks stars », l’esthétique fashoniste décomplexé de Londres où il réside depuis l’âge de 13 ans, se mêle à un héritage culturel nord africain! Ses portraits mettent en lumière d’illustres inconnus musiciens, un poil hispter de demain, vêtus de ses propres créations glam et flamboyantes, à mi-chemin entre artisanat du bled et style contemporain, avec en toile de fond des imprimés et un cadre de softs drinks ou de conserves old school à la chaine, clin d’oeil à la société de consommation.

image image image image image image image image image image image image image image image image image

Publicités