Quand le street art devient rain art.

Ruse mouillée et art vont bon train…Visibles qu’en cas de pluie, pléthore de messages ou images se feignent sur les trottoirs de Seattle depuis quelques mois. Peregrine Church, street artiste a décidé de jouer avec les nerfs des forces de l’ordre, telle une goûte d’eau passant à travers les mailles du filet, apportant un peu de soleil à la grisaille moribonde de la rue.

Sa marque de fabrique? Superhydrophobicité. Ce n’est pas une phobie ou une haine à consonance charabia mais un spray transparent, viral sur youtube, garde du corps de toute surface (teeshirts) contre l’attaque de tout liquide, rien ne pénètre, on parle d’imperméabilité absolue ou d’effet lotus. Peregrine Church, alors intrigué par des videos de teeshirts blancs restés intactes même noyés dans un océan de vin rouge ou de sneakers blanches invincibles dans un étang de sirop de chocolat, eut l’idée d’allier art de rue et ce gel protecteur. Les Rainworks sont nés. « C’est grandiose de faire quelque chose afin de transformer l’humeur exécrable des passants luttant avec la pluie en joie soudaine à la vue d’un rainwork », s’enthousiasme celui qui compte prochainement recouvrir la ville.

Les aficionados de la bombe aérosol passeront peut être. Ici le pochoir est légion, il s’agit d’asperger de spray, lettrage ou dessins, attendre que Zeus assène une averse avant que la magie n’opère et ce pour une période de 4 mois. On reste dans l’esprit éphémère du street art contre vent et marée. Du Vandale pudique.

image image image image image image

Publicités