Super grosses et alors?

Obésité et érotisme dans une partie de jambe en l’air. Le photographe Italien Yossi Loloi se moque des diktats de la minceur à l’instar de la marque Lane Bryant et sa campagne « Im No Angel », ridiculisant il y a peu les « Anges » squelettiques de Victoria’s Secret avec une armada de mannequins « plus size ».

Plus provocant et donc sans faire dans la dentelle, son projet « Full beauty » propose une autre définition du sexy, redorant l’image de ces plantureuses , injustement recalées par l’art du Nu. Cette fois-ci les voila mises à nu pour de bon, enfilant le rôle de femmes fatales de salon.

« Mon truc, c’est de dévoiler ce que les femmes à très forte corpulence représentent pour moi. Ici, leur plénitude et leur féminité envahissent l’image comme une forme de protestation envers les discriminations installées par les médias et la société actuelle. L’obésité est simplement pour moi, une autre forme de beauté, je crois que nous possédons notre propre liberté du goût et personne ne devrait être retissant à exprimer son penchant envers cela. Limiter sa liberté, c’est vivre dans la dictature de l’esthétisme ».

Une série conquérante, vivifiante et nécessaire où ces modèles à l’air ténébreux, dégagent un sentiment de sérénité absolue, à l’abris de tout complexe et de toute moquerie, elles posent en toute fierté devant un objectif avisé. Une obésité sublimée que certains se sont empressés de réduire à « l’apologie d’une maladie qui tue ». La liberté du goût en effet.

imageimageimage image image image image imageimageimage

Publicités