Road trip onirique en Grèce avec Hanna Fasching


Sous un ciel étoilé, face à une mer au bleu indigo, avec des acolytes tatoués, tous fans de Django Reinhardt, svelte et zen après des kilomètres de marche vers un spot rêvé, folle dans une rue blanche où les matous sont partout, la photographe Hanna Fasching prouve que la Grèce reste un paradis sur terre!

Sur une île quelque part en Grèce, un road trip entre potes dans une nature éloignée de l’austérité d’Athènes. Exit la peur du lendemain, les palpitations urbaines et la foule touristique. Contraste plutôt ici une simplicité à l’air salin avec pour tube de l’été, le seul son de leur guitare et le clapotis en mode « repeat » des vagues. Des moments zėro tracas, zéro babla immortalisés en photos par Hanna Fasching dont le périple au pays des Dieux a influencé son âme pour la vie :

« Quelque part, je me retrouve sur une île grecque. Ma meilleure amie Vicky semble être assise sur le bord du monde à seulement quelques mètres derrière moi. Assise en tailleur, ses doigts se touchent, les yeux fermés … Deux autres amis se sont positionnés sur des petits rochers à côté de moi. On joue de la guitare. Le bruit du frottement des cordes est aussi réconfortant que le son du grand océan dans mes oreilles, qui m’a apaisée depuis que je suis petite. Je tourne alors la tête vers ce que la nature a une fois créé, en fixant le paysage vallonné en face de moi. Une petite brise me traverse le corps. J’ai la chair de poule, mes yeux et la mer semblent partager la même substance.« 

image image image image image image image image image image image image image image image image image image image image image image image image image image image image image imageimageimage

Publicités