Nation Navajo : Road trip semi-aride au pays des amérindiens

@ Evan James Atwood

De passage sur les terres de ses ancêtres, le photographe et filmmaker Evan James Atwood est allé à la rencontre de la Nation Navajo, plus grand peuple amérindien des Etats-Unis, localisé dans une réserve herculéenne au nord-est de l’Arizona. L’occasion pour lui de capturer sa propre culture et ainsi décapsuler tout préjugé sur un quotidien que certains considèrent comme privilégié et décadent !

Un décor désertique voire lunaire, des arbustes parfois aussi rares que des oasis, des canyons irréels en pagaille sculptés au fil du temps par les intempéries, la gigantesque réserve des Navajos aurait pu être le lieu idéal afin de tourner des scènes de Star Wars si elle n’était pas si difficile d’accès.

Le photographe natif américain Evan James Atwood, basé à Portland, s’y est aventuré pendant deux semaines avec parfois un guide local pour l’aiguiller. Déambulant à travers ces paysages paisibles et époustouflants, ce sont pourtant des histoires traditionnelles et une connexion avec ses ancêtres qu’il est venu dénicher :

« Alors que la vie dans Ces espaces est assaillie de stéréotypes du style, les natifs sont alcooliques, feignants, non-civilisés et privilégiés par le gouvernement, mon intention était alors de découvrir par moi-même et de Documenter ma propre culture dans son aspect naturel, loin des on dit. »

Alors histoire de faire taire les mauvaises langues, place à l’instant wiki : Semi-autonomes, les Navajos jouissent principalement du tourisme en proposant des visites guidées, randonnées à pied, à cheval ou en 4×4), et gèrent des hôtels restaurants (Bed and Breakfast), sans oublier un artisanat rayonnant (bijoux, poteries, tapis, souvenirs). Spirituel et proche de la nature, ce peuple a dû faire face à l’invasion du modèle anglo dominant et suit actuellement une transition en s’adaptant à un espace-temps aux antipodes du sien et surtout plus moderne. En prenant leur destin en main à travers un gouvernement tribal puissant, les 170 000 Navajos de la réserve, militent pour la survie de leur tribu en conservant leurs croyances et pratiques rituelles.

A travers ses photos à couper le souffle et ses quelques portraits dont celui de sa grand-mère, Atwood documente une certaine sérénité de vie, intemporelle, même lorsque le vent se transforme en tempête de neige et que le vertigineux Spider Rock (230m) s’érige devant lui avec en complément une histoire cocasse :

« Ce monolithe en grès rouge est significativement connu pour être la maison de Spider Woman, qui est applaudie pour sa créativité et pour le folklore autour des enfants. Un conte relate que si les gosses Navajo ne se comportent pas bien, Spider Woman viendrait les manger tout cru. »

Situation finale de son périple initiatique, Monument Valley et ses couchers de soleil à rouler des pelles en amoureux, là ou John Wayne tournait ses films et rien que pour ça, se ruiner les pieds sur le sol rocailleux de la Nation Navajo, cela vaut le détour !

image
image image image image image image image image image image image image image image image image image image image image image
Evan James Atwood
Publicités