Vent de rêves délavés sur les plages de Los Angeles avec Davis Ayer

Marabout américain de l’argentique et de la double exposition , le photographe américain Davis Ayer s’évertue à composer des incantations visuelles extatiques et oniriques en utilisant son appareil photo tel un capteur de rêves hippies, armé pacifiquement de peinture pour un effet érotico-psychédélique garanti.

California dream, éruption solaire, des corps nus flous, des fuites de lumières, une clairvoyance volontairement en queue de poisson, le travail d’Ayer dénature majestueusement les codes de la photo de mode en lui injectant un sérum de vérité artistique, entre acidité saturée, vent mystique et esprit « Flower Power« .

Artiste visuel plus que photographe, David Ayer est actuellement basé à Los Angeles et y squatte avec son Mamiya RZ les plages de sable blanc, souvent en compagnie de Lauryn, sa muse du week end et petite amie à temps plein.

Dans sa série « Acid Washed Dreams« , celui qui a d’abord embrassé des études en histoire de l’architecture, manipule ses clichés avec des pinceaux pleins de peinture et d’autre outils secrets.

À travers son univers expérimental à part et influencé par tout ce qui l’entoure comme des films vintage, excepté les shoots d’autres photographes, ce perfectionniste « hipsterique » pénètre ici dans l’intime et le voyage sur fond de vibrations positives et de clapotis de vagues distordus par un surdosage de lsd. Plus qu’immortaliser des instants de vie, c’est la sublimification bidouillée et organisée de ses photos qui le propulse au nirvana :

« Je préfère littéralement le process que le shooting. je ne veux pas être l’un de ces photographes qui scande haut et fort « oh, j’ai juste pris ce cliché et l’ai rendu plus cool ». Le sujet n’est pas le plus important pour moi mais plutôt sa composition, sa forme ou sa couleur, l’émotion qui en ressort en outre. »

Quand David Ayer dégaine son appareil argentique et son mode « double exposition », il ne pense à rien, à l’instinct, il avance pieds nus sur la plage sans plan d’action, ni stratégie de séduction visuelle, son esprit s’élève et la magie opère comme si David Lynch avait fait un enfant aux Beach Boys.

image image image image image
image image image image image image image

Publicités