Hong Kong en temps d’apocalypse

Un monde futuriste dystopique et dépouillé où l’art de rue demeure. Influencé par les films Hong-Kongais des 90s, notamment John Woo’s Bullet in The Head et un escadron de photos google de la métropole car il n’ y a jamais mis les pieds, l’artiste français Nivanh Chanthara fada d’Asie, imagine Hong Kong et son armada de grattes ciel dans un monde apocalyptique sombre, morne et opprimé , habité par des robots et des cyberpunk bridés où les vivants du tiers-monde luttent pour la survie.

Digne de l’animation Hollywoodienne dans sa réalisation , peut être parce Marvel comics l’embrigada à Montreal en 2007 en tant que concept artiste pour son show animé Iron Man: Armored Adventures , cette série d’images, nuancées de dessins traditionnels, photomontages et modélisations 3D, s’apparente plutôt dans le style à un mash up entre l’anime japonais (Akira de Katsuhiro Ōtomo) et le quartier de Kowloon à Hong Kong. Autrefois street artiste, Nivanh Chanthara intègre ici le graffiti à outrance dans le décor et même dans ses kids de la rue, conférant ainsi un esprit de révolte ghetto urbain à son univers.

Un projet d’art digital dense et prometteur, intitulé Babiru (Babel en Perse) clin d’oeil à la tour de Babel et son architecture vertigineuse, qui selon son créateur « pourrait devenir un comic book si un jour une réelle idée d’histoire se dessine, mais pour le moment c’est juste du fun ».

image imageimage image image image image image

image

image

Publicités