Les maisons « clous » en Chine , toujours pas closes

Papy fait de la résistance en version immobilière. La Chine mute de jour en jour, avec déjà plus de 150 villes passant haut la main le million d’habitants. Un balai incessant de grues géantes, les rues se rallongent, des quartiers sortent de terre à vitesse grand V, un building peut s’y construire en 19 jours. Mais là où les promoteurs passent et rasent tout afin de mettre sur pied leurs projets hors norme, des résidents eux, refusent de céder leurs biens. Phénomènes de société, les maisons « clous » sont le symbole d’une lutte sociale émergente.

La vengeance est un plat qui se mange froid. Pour les récalcitrants, décidés à ne pas bouger d’un iota, les répercutions sont parfois brutales. Tout stratagème même indignant est bon pour parvenir à l’expulsion : l’option nettoyeur « barracuda » usant la manière forte ou engager des malades du sida pour harceler et ainsi faire déguerpir les tenants des lieux, les classiques coupures d’électricité et fausses accusations ou encore plus insensé, creuser un gouffre de 10 mètres autour de la maison, la rendant ainsi inaccessible comme à Chongqing où un couple vivant dans son logement depuis 3 générations, a refusé d’accepter le compromis d’un promoteur.

Car depuis 2000 dans un contexte d’explosion de l’économie Chinoise, une loi établit la notion de propriété privé, élémentaire. Ainsi un dédommagement doit être négocié avec les propriétaires pour qu’ils quittent leurs habitations. Bien souvent, les indemnisations proposées sont dérisoires et les négociations perdurent plus de dix ans.

Conséquence directe : Prennent place des scènes tantôt poétiques tantôt affligeantes. Une maison de fortune en brique prise en tenaille dans un complexe résidentiel, un contraste d’époques, entre modernité et archaïsme d’hier. Un immeuble découpé soigneusement au bulldozer pour ne laisser que la partie non cédée. Ou une bâtisse en plein milieu d’une bretelle d’autoroute. Illustration d’une croissance urbaine effrénée dans l’Empire du Milieu qui depuis 2012 compte plus de citadins que de ruraux.

image image image image image image image image image image image

Publicités