Nada Van Dalen, la Dark Vador blanche de la mode, mi-glauque mi-déjantée

Hardcore et transcendantale, Nada Van Dalen fashion designer Hollandaise, électrifie la mode par une insolence de la mort qui tue. Ses nouvelles collections « Illuminada » et « Poverty for Poverty » à l’effet miroir visionnaire, sont la réfraction de l’état piteux du monde, entre sérial killers et porn, hip hop et Jésus, amour et côté obscure. L’imperfection en maître Yoda de la beauté. La traque de l’anti-goût!

image

Sa vie… Son mec, sa baraque de ouf, son french bulldog Coco, ses idées propres sans idéaux, ses intimes et son label de mode … Créé en 2007. A part cela, nada qu’elle ne kiffe davantage.. « Une vie cliché » à ses dires, mais en substance une partie infime de l’iceberg de son passé, à l’adolescence morose scarifiant au marqueur indélébile les croquis de son futur : Dordrecht, sa nébuleuse de naissance , si surnaturelle avec ses nobles sauvages et aussi louche que Twin Peaks où la mode n’a jamais pointé, son addiction des cimetières et des tueurs en série, ses troubles anxieux à 18 ans, sa traversée du désert « des pensées noires ».

Bref du morbide en mitraille automatique traduit en version prêt à porter dans les collections de Nada Van Dalen, avec des airs de Haute dépouille « Mixed up_me », du vert tropical et des mobylettes tomos « Shiny » , un Haram de mannequins, la chapelle du vice « Illuminada », ses créations, un salon en mode décharge et des chiens méchants « Poverty for Poverty ». Un décor sur mesure, le trash avant tout.

En rébellion face à un monde passant une éternité à quêter la joie ultime et constante alors que celle ci n’existe que par intermittence, ainsi soit elle aussi courte que la vie et la mort, Nada Van Dalen embrasse avec recul la noirceur et exhibe les trais négatifs de l’Homme et ses erreurs psychopathes en les confinants dans un ascenseur menant à l’étage subliminal. Elle concise à propos son art à merveille :

« J’explore les thèmes de la mort, du meurtre, des serial killers, la guerre, le narcissisme, l’amour, la peur, le côté Obscur de l’Homme, l’art, la grande et petite misère, le porn, la lutte avec mon propre psychisme, l’houliganisme, la beauté de l’erreur, le cortex cérébral, la religion, les indigents usés et les vils frissons. »

Illuminada-2015-

image imageimage image image image image image image image

Poverty for Poverty-2015

imageimageimageimageimageimage

Shiny-2012

imageimageimageimageimageimage

Mixed Up_Me-2012

image image image image image image image image

Publicités