Victor Enrish, le détourneur architectural

Loin d’être un fugitif hors-la-loi, recherché activement pour atteinte à la beauté urbaine ou vol de statues, le photographe espagnol Victor Enrish, captive au contraire par sa manie digitale en rendant plus zinzins et plus wow des architectures lambda! Sa dernière extravagance détonne 88 fois!

Prodige en manipulation 3D photographique, il lui fallait un nouveau challenge après s’être fait expulsé d’Israel où il a vécu deux ans et bossé sans visa, en compagnie d’un juif homo Letton. C’est d’ailleurs sa série de détournements d’architectures « City of Portraits », publiée dans Haaretz, grand quotidien national de Tel-Aviv, qui a mis la puce à l’oreille des services d’immigration!

2012… Hébergé à Munich par des amis, il fut très rapidement interloqué par la laideur et l’insignifiance d’un building, l’hôtel Kaiser. Germa alors l’idée de le métamorphoser en 88 déclinaisons différentes!

«Je ne sais même pas comment les formes me viennent. Cela survient aux moments les plus inattendus: comme quand vous accouchez. Vous ne savez pas quand ça va arriver.»

Etiré, tordu, vrillé, l’immeuble se distord à tout va, franchissant la limite du réel, ses structures fantastiques rendant ainsi sa conception totalement impossible ! Victor Enrish crée ici un environnement virtuel en 3D à partir de photos en 2D incluant les perspectives. Se profile ensuite le processus de transfiguration géométrique, puis l’assemblage des lumières et le tour est joué! Toujours plus facile à lire qu’à faire!

Munich, hôtel

image

image

image image image image image image

City of Portraits

image image image image image

Publicités