Des bodybuilders bien huilés pris en flagrant délit d’hypertrophie par Daniel Gebhart de Koekkoek

 

Avis aux Schwarzy en herbe. Des muscles ultra-galbés et des postures millimétrées, le photographe Daniel Gebhart de Koekkoek s’est faufilé dans les backstages du World Bodybuilding & Physique Sports Championship de Vienne.

Dur dur comme un biceps de documenter la culture de l’esthétisme du bodybuilding. Koekkoek l’a expérimenté et s’est d’ abord vu refuser l’entrée lors du championnat international de culturisme en 2014 dans un centre commercial de la capitale autrichienne. Parvenant finalement à passer à travers les mailles du filet, ce photographe s’est alors plongé en silence dans les coulisses d’une pratique spécifique aux secrets d’entraînement peu connus et dont les corps sont soumis à rude épreuve.

Dans sa série, cet observateur à l’instinct survitaminé si nécessaire afin de dénicher des situations précises et loufoques, s’intéresse au processus caché qui transforme ces hommes et femmes extrêmement musclés en demi-dieux aux corps reluisants, bronzés et gonflés à bloc.

Sans juger, ni exagérer, ce collaborateur de VICE et Vanity Fair, crée depuis 2006 des portraits sensibles et dévoile la diversité des expressions personnelles et des concepts de vie qui existe actuellement sur Terre. Sa kyrielle de projets est à dévorer avec les yeux sur son site personnel.

img_8451 img_8452 img_8453 img_8454 img_8467 img_8455 img_8456 img_8457 img_8458 img_8459 img_8460 img_8461 img_8463 img_8464 img_8466 img_8468 img_8469

Publicités