NOUVEAU POLAROID PRINTER ZIP: « Imprime en moins de 60s »

Le retour en force. Le roi de la photo instantanée dévoile ZIP, une imprimante photo « passe partout », tape à l’oeil, high tech et sans encre! Sur le papier, Polaroid met une déculottée à l’Intax Share SP-1 de Fujifilm. Avec une nouveauté qui va faire des émules!

« Soit original, soit Polaroid. » Ultra stylé, de la taille d’un iphone, une app smartphone de haut vol multi filtres, connecté en bluetooth et comme tous ses rivaux, équipé de la technologie Zink sans encre, au placard les cartouches, tous les cristaux de couleurs sont déjà dans le papier. Le ZIP de Polaroid est donc sur son 31, voir même en mode séduction d’hipsters.

La petite bête imprime plus vite que son ombre, en moins d’une minute. Au delà d’un design et d’un packaging qui ne laisse pas insensible, l’objet tente de réconcilier les haters de la photo 5×7,6 avec une option astucieuse : La possibilité de sortir une plus grande image en imprimant plusieurs clichés. Son papier photo à l’endos adhésif permet lui une customisation illico d’un mur, pour les fous du sticker, c’est le must.

Rendre à César ce qui appartient à César. Dans le vaisseau amirale de la photo instantanée, Polaroid est le seul maitre à bord. Les 90s en âge d’or, puis un coup de poker visionnaire en 2008 avec « Pogo » première imprimante de poche, Instagram n’existait alors pas et pourtant, aujourd’hui le marché est bien là, à défaut de provoquer la cohue.

Fujifilm l’a compris et a joué son va tout l’année dernière avec son détonant Intax Share SP-1, se tirant toutefois une balle dans le pied avec ses piles « tue l’amour » non rechargeables, et son prix un poil excessif pour des jeun’s au budget dispatché entre alcool, smartphone et fringues. Alors 160 euros la machine brute et 24 euros la recharge de 20 photos, « tu peux te brosser Martine ».

Polaroid se veut lui plus agressif et aussi moins camelote . Pour ZIP Il faut compter 129,99 dollars plus 10 prints ou 179,99 dollars avec 110 prints. Pour les recharges, il faudra débourser 25 dollars pour 50 prints, soit 50 centimes l’unité, un tarif très correct ! Le trône lui revient donc de plein droit.

imageimageimage

Publicités