Les squelettes bling bling du chercheur fou Paul Koudounaris

Quand « Indiana Jones et la cité maudite » devient « Paul Koudounaris et les squelettes d’or »! Dans son livre « Corps Célestes » , ce docteur foldingue en histoire de l’art, relate son périple flippant à travers l’Europe et pléthore de ses sanctuaires macabres, un accès sans précédent au coeur des institutions religieuses, le menant à photographier des centaines de squelettes de Saints Chrétiens couverts de bijoux à la Mister T.

« La richesse au Paradis » Parés de bijoux, couronnes, dentelle d’or, armes et tissus de luxe, ces squelettes et momies ont de prime à bord tout l’air de Rois tombés au combat au swag étonnant. C’est faux, tous ont l’ADN de Saints-Martyrs Chrétiens, déterrés à la va-vite dans les Catacombes de Rome en 1578, puis escortés sous l’ordre du Vatican en Allemagne notamment afin de pallier à la destruction de reliques de martyrs dans les églises protestantes. « Indiana Bones » fut ainsi le premier à les photographier.

Perché dans son monde

« Honnêtement je ressemble à un croisement entre un Prince et Vlad l’Empaleur, celui qui a inspiré Dracula » Paul Koudonaris paraît égaré dans la bulle du maboulisme. Mais quand il s’agit d’en venir à la Mort et ses découvertes incroyables, le chercheur n’en démord pas : « Ces squelettes et les systèmes de croyances gravitants autour, ne sont en rien comparables à ce que j’ai pu observé auparavant … Il y a une élégance, une beauté macabre en eux »

Loin d’être glauque tels les gars de la morgue, cet excentrique extravagant dont l’existence professionnelle se résume à traquer des morts sans relâche, semble plutôt tout droit sorti de Beetlejuice de Tim Burton et son univers fantastico-goth délirant :

« Il y avait un moine en Italie qui m’a menotté et me propulsa dans un club de strip-tease avec lui. Et puis il y avait un gars avec une moustache d’Hitler au Guatemala qui a essayé de me tuer avec de la magie. J’ai eu quelques rencontres très étranges. »

image image image image image image image image image

Publicités